Seine-et-Marne. Des pompiers en grève réclament plus d’effectifs pour améliorer leurs conditions de travail

22 novembre 2018

Une cinquantaine de pompiers et délégués CGT ont manifesté, ce jeudi matin, devant les locaux du Service départemental d'incendie et de secours de Seine-et-Marne, à Melun.

Des gilets jaunes distribuaient des tracts aux automobilistes mais cette fois-ci pas pour le hausse du prix des carburants.  Selon la police, une cinquantaine de pompiers ont répondu à l’appel à la grève, lancé par la CGT pour ce jeudi 22 novembre. Une mobilisation symbolique s’est par ailleurs déroulée devant les locaux du Service départemental d’incendie et de secours de Seine-et-Marne (Sdis 77), à Melun.

« Un manque d’effectifs »

« Il manque entre 90 et 100 sapeurs-pompiers par jour, sur les 450 effectifs de garde à travers la Seine-et-Marne », estime Abdellah Chaouche, secrétaire général de la CGT pour les pompiers en Seine-et-Marne. « Fontenay-Trésigny, Château-Landon : certaines casernes ne sont plus en capacité de réaliser des interventions dans de bonnes conditions », estime-t-il. 

          Les manifestants sont arrivés en cortège par l’avenue de Corbeil (©La Rep 77)

Selon lui, les difficultés sont également localisées dans les casernes les plus importantes, comme Lognes, Meaux ou Melun. Parmi les revendications, le nombre de pompiers volontaires dans l’effectif total. « On comble un manque d’effectifs avec des pompiers volontaires mais il y a en parallèle une crise du volontariat : il faut des effectifs professionnels mieux définis pour arrêter de tirer sur la corde », pointe Abdellah Chaouche.

Rapport de la Chambre régionale des comptes

Coïncidence du calendrier, cette mobilisation intervient le lendemain de la publication du rapport d’observation définitive de la Chambre régionale des comptes (CRC) d’Île-de-France sur le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis 77) qui figure parmi les plus importants du territoire. 

Dans son rapport, la CRC pointe un rappel au droit. « Concernant le rappel au droit, la Sdis 77 va revoir sa procédure de paiement des heures supplémentaires afin que leur indemnisation soit conditionnée au dépassement d’effectif de la durée légale, répond Isoline Millot, vice-présidente du conseil départemental et présidente du conseil d’administration, dans sa missive de réponse.

« Sécurité de tous »

Et d’ajouter : « La situation des personnels ayant perçu des heures supplémentaires sans réalisation effective sera régularisée. » Selon le rapport, la Seine-et-Marne compte 1 252 sapeurs-pompiers professionnels et 328 personnes administratifs et techniques mais aussi 1 305 sapeurs-pompiers volontaires et 60 personnels de services de santé et de secours médical, dont 24 professionnels.

« Il y a une politique de réduction des finances publiques, conclut Abdellah Chaouche. Mais cela ne doit avoir un impact sur le travail effectué par les sapeurs-pompiers sur le terrain : il faut garantir la santé et la sécurité de tous. Ce n’est pas comme-ci nous manifestions tous les jours… » 

Source : La Republique de Seine Et Marne 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article