Seine-et-Marne. Ligne P : des voyageurs bloqués plus de 5 h à cause d’un sanglier

01 novembre 2018

Mercredi 31 octobre, plusieurs centaines de passagers ont passé la soirée bloquées dans trois rames de la ligne P parties de la gare de l'Est à 18h16. La cause ? Un sanglier.

Non, ce n’était pas une mauvaise blague. Pour les voyageurs du train de 18h16, parti mercredi 31 octobre de Paris-gare de l’Est à destination de Provins, la soirée d’Halloween a bien été cauchemardesque.

Alors qu’ils rentraient chez eux, ils ont eu la désagréable surprise de voir leurs rames stoppées aux alentours de 19h, après avoir heurté un sanglier entre Roissy-en-Brie et Ozoir-la-Ferrière.

Avertis par le conducteur que la collision a entraîné une fuite de liquide frein, ils ont ensuite passé près de 6h bloqués dans leur rame à attendre qu’on vienne les rapatrier.

« Il y a eu pas mal d’ordres et de contre-ordres, explique Nathalie, représentante du collectif des usagers de la ligne P, présente dans la voiture de tête, endommagée par l’accident. Je pense que plusieurs scénarios ont été envisagés, dont le rapatriement. Au final, les voyageurs de la première rame ont été déplacés dans la seconde par les agents de la police ferroviaire (Suge). Puis on a attendu deux heures avant de repartir dans le sens inverse. »

Sur la page Facebook du Collectif des usagers de la ligne P, les passagers ont d’ailleurs commenté l’évolution de la situation en direct. Selon eux, l’évacuation de la première rame a débuté aux alentours de 21h20. A 22h31, on les aurait informé qu’ils devaient attendre

« encore 30 minimum avant de pouvoir bouger ».

Du côté de la SNCF, on explique : « Le sanglier est passé sous la voiture de tête, ce qui a effectivement endommagé le circuit de freinage et rendu inutilisable la rame. Il a donc fallu utiliser la voiture de queue pour repartir dans le sens inverse, un mouvement très long et extrêmement complexe. L’opération s’étant réalisée de nuit, il était également impossible de faire sortir les voyageurs. »

« Les agents ont été impeccables »

Une fois évacués de la zone jusqu’à la gare de Roissy-en-Brie, où ils sont arrivés vers minuit, les usagers ont étérécupérés par le train parti de Paris à 21h46, le dernier de la journée, qui les a ramené chez eux.

« Le conducteur nous a régulièrement tenu informés de l’évolution de la situation et les agents ont d’ailleurs été impeccables, il faut le souligner, précise Nathalie. Mais je suis très en colère contre cette gestion catastrophique, il n’y a pas eu d’anticipation. Le train qui est venu nous récupérer à Roissy n’était composé que d’une rame qui, en plus, n’était pas vide. Certains voyageurs, dont je fais partie, n’ont pas pu y monter et les bus n’ont été appelés qu’aux alentours de minuit et demi »

Et de conclure : « A Roissy, on devait recevoir de l’eau et des madeleines, mais les agents qui en avaient pourtant fait la demande n’avaient toujours rien à 1h du matin. On est resté plus de 7 h sans boire, manger et aller aux toilettescar ils débordaient ou étaient condamnées. »

Au total, certains usagers auront en effet passé entre 6 et 7 h dans les transports entre leur départ de Paris et leur retour chez eux. Nathalie, elle, est rentrée à son domicile de Verneuil-l’Etang à 1h20.

Source : La Republique de Seine Et Marne 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article